Animaux maltraités à Marignane trois des quatre prévenus relâchés

Sur les images captées en infrarouge, on les voit, pénétrant dans l'enceinte de cette entreprise de la zone industrielle de la Palun. Il fait nuit et les cinq silhouettes minces d'adolescents déambulent dans cet entrepôt déjà ciblé par un vol de matériel, trois jours plus tôt. Nous sommes la nuit du 16 au 17 novembre et le lendemain, on découvrira sur place plusieurs cochons sauvages morts, d'autres blessés. Quant au lama qui réside aussi sur le site, il sera retrouvé avec une plaie béante à l'oeil droit, crevé à l'aide d'un couteau.

Les faits ne s'étaient guère ébruités avant que les images de l'intrusion nocturne, mêlées à celle de la mutilation subie par le malheureux lama, ne se répandent sur les réseaux sociaux. Une association de défense de la cause animale demande avec modération des informations pour identifier les suspects, mais l'émotion déborde dans les milliers de commentaires de haine, d'appels à la vengeance, dent pour dent et œil pour œil ... C'était il y a cinq jours.

Les quatre suspects, les voilà, serrés dans le box des accusés. Ce lundi, ils comparaissaient devant le tribunal judiciaire au terme d'un week-end en détention. Trois sont à peine majeurs, le dernier est un jeune père de 31 ans. Après la diffusion des images, ils se sont présentés d'eux-mêmes à la police. "Non pas par peur des représailles, clame l'un de leurs avocats, mais parce qu'ils ont été horrifiés qu'on les accuse d'actes aussi odieux". Pour ce qui est des vols, ils les reconnaissent. "Ce sont des jeunes qui font de la ferraile, concède leur défense, ils avaient déjà vendu ce qu'ils avaient pris plus tôt alors ils revenaient le soir pour avoir plus". Les petits cochons? "Ils les ont pris pour que leur copain (l'autre prévenu de 31 ans, déjà père, ndlr) les ramène chez lui, dans son jardin à Pertuis. Tout ça, c'est une histoire d'enfants." Quant au lama, ils n'y seraient pour rien: "Quel intérêt auraient-ils eu à faire ça à un animal", interroge un avocat, feignant d'ignorer que la cruauté est souvent gratuite.

Mais toutes ces questions n'ont été qu'effleurées hier. Leur innocence ou leur culpabilité sera tranchée plus tard, lors du jugement sur le fond. La Ville de Martigues -- qui avait pris des initiatives pour prendre soin des cochons sauvages installés dans la zone de la Palun -- a déposé plainte. De même que la Fondation Brigitte Bardot, qui se constitue partie civile dans toutes les affaires de maltraitance animale. En conséquence, le procès a été renvoyé au 14 novembre. D'ici là, le tribunal a décidé de remettre en liberté les trois plus jeunes prévenus, contre l'avis de la procureure qui estimait qu'il en allait aussi "de leur sécurité". Le plus âgé, déjà condamné pour des vols, est maintenu en détention.

Romain CANTENOT

Romain CANTENOT la Provence - mardi 1er décembre 2020
Romain CANTENOT la Provence - mardi 1er décembre 2020

 

E-mail

  • Groupe Marignane Info

    Groupe Marignane Info

    Le site internet de la ville de Marignane qui vous donne la parole et l'image.

    • Prix de l'information par internet
    • Trophée des associations de commerçants
    • En ligne depuis 2002
  • Service & Gratuité

    Service & Gratuité

    Icon TrainerListing des commerces

    Icon Fitness LevelsReportages pour les associations

    Icon SmoothieLa mémoire de Marignane archivée

  • Rêvons notre ville et construisons la!

    Rêvons notre ville et construisons la!

    Marignane est devenue au fil des années une ville sans âme, privée de vie, privée d’animations, sale, désertée. Elle a connu ses heures de gloire, elle fut pendant longtemps une ville admirée, enviée par ses voisins. Mais peu à peu, l’usure d’un pouvoir trop longtemps en place, l’incompétence, et puis cette fatidique année 2008 ont eu raison d’elle.

UA-69538031-1

recherche Marignane