Même pour les soldes, il n'y a plus de saisons

L'étirement des périodes de promotion diminue l'attrait des soldes d'été  

Tout comme les chaleurs estivales, les périodes de promotion ont tendance à s'étirer tout au long de l'année. Les soldes d'été qui se sont déroulées du 27 juin au 7 août ne sont plus le point d'orgue des ventes annuelles comme elles l'étaient auparavant.

Au dernier jour des soldes, alors que les ultimes démarques sont atteintes, pas de ruées dans les galeries du centre commercial Leclerc de Marignane pour s'arracher les derniers vêtements en promotion. "Moi je trouve les soldes trop longues. Mais je suis rassurée de savoir que l'an prochain elles passeront de 6 à 4 semaines", lance Brigitte, la patronne de la boutique de vêtements Bréal. "La saison Printemps-Eté a à peine le temps de venir en rayon que les soldes arrivent. Il faut laisser plus de temps pour écouler l'été précédent"  abonde Nathalie, la responsable du magasin.

Multiplication des ventes privées

Trop longues et trop précoces... selon les vendeurs de vêtements des galeries, les périodes de solde ne sont donc plus tout à fait raccord avec les modes de consommation. "Tout s'est bien passé la première et la deuxième semaine, mais ensuite il y avait moins de clients", soupire Youssef, le gérant du magasin "S?K" pour qui six semaines de soldes n'étaient pas nécessaires. Il estime que son chiffre d'affaires pour cette période est de 20% inférieur à celui de l'année précédente.

Les produits de saison ne changent pas

À quelques pas des allées climatisées, Marion, gérante du magasin Camaïeu, considère que "c'est une bonne année en termes de poids de vente mais pas en nombre de pièces par rapport à l'année dernière". Ce qu'elle explique en partie par la multiplication des ventes privées, dont son magasin a par ailleurs profité au courant de l'année. La gérante précise que si une chose ne change pas au fil des ans, c'est le type de vêtements vendus : "Ce qu'on a vendu le plus comme chaque année ce sont les produits de saison : t-shirts, jupes, shorts".

Même chose dans la boutique Jennyfer, où les vêtements légers comme les chemises ou les maillots se sont bien vendus. Pierre, le gérant du magasin, considère le bilan global est loin d'être alarmant : "On a fait un meilleur chiffre cette année".

Du côté des rayons textiles qui s'étalent sur 550 m2 dans l'hypermarché Leclerc, "nous soldons uniquement la saison qui se termine c'est-à-dire ce qu'il reste de la saison d'été", détaille Sonia Barton Smith.

Pas de quoi paniquer pour l'adjointe au rayon textile du magasin, qui se veut rassurante: "Il ne reste qu'une cinquantaine de pièces sur les quelques milliers soldées en juin". Même avis pour Gomez Ghislain, directeur du magasin, qui estime que "90% des produits soldés ont été vendus".

Tom UMBDENSTOCK

 Tom UMBDENSTOCK la Provence - mercredi 8 août 2018
Tom UMBDENSTOCK la Provence - mercredi 8 août 2018
Tom UMBDENSTOCK la Provence - mercredi 8 août 2018

E-mail

  • Groupe Marignane Info

    Groupe Marignane Info

    Le site internet de la ville de Marignane qui vous donne la parole et l'image.

    • Prix de l'information par internet
    • Trophée des associations de commerçants
    • En ligne depuis 2002
  • Service & Gratuité

    Service & Gratuité

    Icon TrainerListing des commerces

    Icon Fitness LevelsReportages pour les associations

    Icon SmoothieLa mémoire de Marignane archivée

  • Rêvons notre ville et construisons la!

    Rêvons notre ville et construisons la!

    Marignane est devenue au fil des années une ville sans âme, privée de vie, privée d’animations, sale, désertée. Elle a connu ses heures de gloire, elle fut pendant longtemps une ville admirée, enviée par ses voisins. Mais peu à peu, l’usure d’un pouvoir trop longtemps en place, l’incompétence, et puis cette fatidique année 2008 ont eu raison d’elle.

UA-69538031-1

recherche Marignane